Ici, pour compléter cet article et là, pour ajouter vos photos.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Julien.

Saint-Julien-Chapteuil
Saint-Julien-Chapteuil
Blason de Saint-Julien-Chapteuil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Canton Emblavez-et-Meygal (bureau centralisateur)
Intercommunalité CC Mézenc-Loire-Meygal
(siège)
Maire
Mandat
André Ferret
2014-2020
Code postal 43260
Code commune 43200
Démographie
Gentilé Capitolien
Population
municipale
1 920 hab. (2017 en augmentation de 2,51 % par rapport à 2012)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 09″ nord, 4° 03′ 42″ est
Altitude Min. 771 m
Max. 1 408 m
Superficie 28,26 km2
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Julien-Chapteuil
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Julien-Chapteuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-Chapteuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-Chapteuil

Saint-Julien-Chapteuil (Sant Julian en occitan[1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle fut le lieu de naissance de Jules Romains.

Géographie

Les sucs du Meygal à Saint-Julien-Chapteuil.
Rue principale du bourg de Saint-Julien, avec le suc de Monac à l'arrière-plan.

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

C’est une commune de moyenne montagne (840 m d'altitude moyenne), sur le territoire de laquelle se dressent plusieurs sucs dépassant les 1000 mètres et faisant partie du massif du Meygal :

- au nord : le mont Chanis (alt. 1 231 m), le mont Rouge (1 159 m), le Peyre de Bard (1 200 m), le suc de la Faye (1 106 m) ;
- à l’est : le Mounier (1 407 m, point culminant de la commune), dont les flancs nord, ouest et sud appartiennent à la commune ;
- au sud : la Tortue (1 327 m) et le Montcharret (1 199 m), dont les flancs nord se situent dans la commune ;
- au centre, à 1 km environ du bourg de Saint-Julien, s’élève le suc de Chapteuil (1 031 m), remarquable par ses orgues basaltiques, et porteur d’une tour ruinée.

Le suc de Monac, même s’il semble indissociablement lié, visuellement et picturalement, au bourg de Saint-Julien, est sis en réalité dans la commune voisine de Saint-Pierre-Eynac.

La commune bénéficie d'un climat tempéré, chaud.

Histoire

Préhistoire et Antiquité

Si aucune trace d'occupation préhistorique n'a été trouvée sur le territoire de l'actuelle commune, Chapteuil semble avoir été dans l’antiquité la capitale d'une tribu Ligure ayant migré pour s'établir là. Trois éléments portent à le supposer : Chapteuil est dérivé de Capitolium, mot par lequel les Ligures désignaient leurs sièges administratifs et religieux; les seigneurs de Chapteuil portaient le titre de comtor du Velay (mais il est difficile de faire un lien entre une désignation moyenâgeuse et des faits remontant à la plus haute antiquité); des ateliers monétaires étaient autrefois établis au lieu-dit Monedeyres (dans l’actuelle commune de Queyrières), c’est-à-dire à peu de distance du Capitole ligure.

La tribu Celte des Vellauni qui s'impose ensuite fixe sa capitale à Ruessio (Saint-Paulien)[2].

Du Moyen-âge à la Révolution française

La localité de Saint-Julien se développe autour d’un prieuré fondé à la fin du XIe siècle par des moines bénédictins, que les seigneurs de Chapteuil avaient fait venir de la la Chaise-Dieu.

En 950, le Velay (Pagus vellaicus) est divisé en dix vigueries (chacune administrée par un viguier, lieutenant du comte, chargé de la levée de l'impôt), dont celle de Chapteuil (Vicaria Capitolio ou Vicaria Castro Capitoliensis[3]), à laquelle sont rattachées en 1016 Les Engouyoux (commune de Laussonne), Neyzac (commune de Saint-Julien-Chapteuil), Le Ponteil, (commune de Saint-Pierre-Eynac)[4].

L'église Saint-Julien, bâtie au XIIe siècle, appartenait à l'archiprêtre de Monistrol, lui-même soumis au diocèse du Puy. Le château des seigneurs de Chapteuil est peut-être bâti à la même époque, sur un neck. Il n'en reste aujourd'hui que quelques ruines.

Il existe une interrogation sur l'origine du nom de Pons de Chapteuil, troubadour auvergnat et seigneur de Vertaizon (Floruit 1190-1237), laissant supposer un lien avec Chapteuil, ancien nom de la municipalité actuelle.

Du point de vue judiciaire, le bailliage du Velay, institué vers l'année 1278 et dont Saint-Julien fait partie, ressortit au sénéchal de Beaucaire.

En 1733, Jean Pierre de Surrel (1686-1756) fait l'acquisition du fief, qui reste en possession de la famille de Surrel de Saint-Julien jusqu'à la Révolution[5].

De la Révolution française à Aujourd'hui

La commune est créée en 1790 par la fusion des bourgs de Saint-Julien[6] et Chapteuil[7], et porte quelques temps le nom de Mont-Mégal.

L'Assemblée nationale, lors de sa séance du 2 janvier 1790, décréte la constitution du département du Velay, (auquel une autre délibération législative le 16 février donne le nom de département de la Haute-Loire), divisé en trois districts et trente-deux cantons, dont dans le district du Puy le canton de Saint-Julien-Chapteuil avec 6 municipalités : Lantriac, Montusclat, Saint-Étienne- Lardeyrol, Saint-Hostien,Saint-Julien-Chapteuil, Saint-Pierre-Eynac. Deux communes sont ajoutées ultérieurement : Queyrières et Le Pertuis.

Des prêtres réfractaires sont cachés dans la grotte de Chaumard bas (alias Coirat)[8].

Cent-deux enfants de la municipalité sont tombés aux Champs-d'Honneurs lors de la Première Guerre mondiale, et trois lors de la seconde.

Le club de football "L'olympic Saint-Julien-Chapteuil" est fondé en 1938.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1944 Jean Barriol    
1944 1947 Gabriel Layes    
1947 1959 Louis Boyer    
1959 1971 Auguste Rouzier    
1971 1989 Paul Reynaud    
1994 2008 André Raveyre DVG Conseiller général (1998-2011)
2008 En cours
(au 28 août 2014)
André Ferret[9] DVG  

La commune englobe, outre le gros bourg de Saint-Julien, les villages et hameaux suivants : Rocherols et Montchanis (tous deux situés au pied du mont Chanis), le Villaret, la Faye, Bourgeneuf, Bard, les Ardennes, Chaumard, Neyzac (Bas et Haut), les Couderts, Chapteuil (au pied du suc de Chapteuil, du latin capitolium), Bacelles, Peyrebrune, la Chapuze, Sumène, Auteyrac, Jalazou, le Betz, Chanalez, le Fraisse, les Chiers, Bellerut, les Vignettes, Saint-Marsal, les Gonnets et la Chapelette.

Population et société

Évolution démographique

En 2008, Saint-Julien-Chapteuil comptait 1 870 habitants (soit une augmentation de 4 % par rapport à 1999). La commune occupait le 5 344e rang au niveau national, alors qu'elle était au 5 071e en 1999, et le 30e au niveau départemental sur 260 communes. Chausse


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2017, la commune comptait 1 920 habitants[Note 1], en augmentation de 2,51 % par rapport à 2012 (Haute-Loire : +0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2052 1512 4672 4402 7212 5483 1152 6202 641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6462 8782 8023 1443 3053 2193 2983 1683 316
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 3843 4212 9202 6352 3842 2962 2872 1051 820
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 7621 6461 4991 5691 6641 8041 8861 8671 889
2017 - - - - - - - -
1 920--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,4 %, 15 à 29 ans = 13,4 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 23,4 %, plus de 60 ans = 25,6 %) ;
  • 52 % de femmes (0 à 14 ans = 18,2 %, 15 à 29 ans = 13,8 %, 30 à 44 ans = 17,7 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 30,2 %).
Pyramide des âges à Saint-Julien-Chapteuil en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90  ans ou +
1,5 
10,6 
75 à 89 ans
14,4 
14,3 
60 à 74 ans
14,3 
23,4 
45 à 59 ans
20,0 
20,2 
30 à 44 ans
17,7 
13,4 
15 à 29 ans
13,8 
17,4 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,4 
7,4 
75 à 89 ans
11,8 
14,9 
60 à 74 ans
15,6 
21,9 
45 à 59 ans
20,3 
20,8 
30 à 44 ans
19,4 
16,1 
15 à 29 ans
14,4 
18,5 
0 à 14 ans
17,1 

Économie

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Église Saint-Julien

L'église Saint-Julien.

L'église Saint-Julien est située un peu en hauteur par rapport au bourg. Les débuts de la construction remontent au XIIe siècle. Elle est classée au titre des monuments historiques depuis 1907[15].

Chapelle du hameau de la Chapelette

Chapelle de la Chapelette

Le hameau de la Chapelette, dans l’extrême sud de la commune, possède une chapelle dédiée à saint Barthélémy, dont la nef et l’abside actuelles semblent d’origine romane (XIe et XIIe siècles), mais dont la façade ouest et le clocher sont des reconstructions datant du XVIIe siècle. Bien qu’elle ait été mentionnée pour la première fois en 1210, des sarcophages mérovingiens trouvés à proximité suggèrent cependant qu’il s’agit d’un lieu de culte plus ancien encore. À l’intérieur, on note une statue naïve de saint Barthélémy portant, après avoir été écorché vif, sa propre dépouille. (Inscrite MH 1982[16] ; propriété privée).

Musée Jules Romains

Musée Jules Romains

L'office de tourisme abrite, au premier étage, un musée Jules Romains où sont exposés des bureaux et des documents de l'écrivain.

Personnalités liées à la commune

  • Jules Romains, de son vrai nom Louis Henri Jean Farigoule (26 août 1885 à Saint-Julien-Chapteuil - 14 août 1972 à Paris), écrivain français.

Héraldique

Armes

Les armes de Saint-Julien-Chapteuil se blasonnent ainsi :

D'azur au lion d'argent, armé et lampassé de gueules.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. Jean Roux, L'auvergnat de poche, Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne), Assimil, coll. « Assimil évasion », (ISBN 9782700503197 et 2700503198)
  2. Livre "La Haute-Loire insolite", pages 9 et 10, de Roger Briand, juillet 2016.
  3. Page Wikipedia de la municipalité de Saint-Pierre-Eynac.
  4. Augustin Chassaing Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire comprenant les noms de lieu anciens et modernes  complété et publ. par M. Antoine Jacotin ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; sous la dir. du Comité des travaux historiques. 1907. Éd.E. Leroux (Paris)  lire sur Gallica ark:/12148/bpt6k392965  
  5. Site internet www.saintjulienchapteuil.fr __"Saint-Julien-Chapteuil - Histoire".
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Chapteuil sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS
  8. Livre "Le monde souterrain de Haute-Loire", de Jean-Paul Béal, année 2018, page 209.
  9. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Évolution et structure de la population à Saint-Julien-Chapteuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 février 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population de la Haute-Loire en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 février 2011)
  15. « Église Saint-Julien », notice no PA00092858, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no PA00092857, base Mérimée, ministère français de la Culture