Ici, pour compléter cet article et là, pour ajouter vos photos.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).

Saint-Étienne-sur-Blesle
Saint-Étienne-sur-Blesle
Vue sur le village et la vallée de la Voireuze.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Canton Sainte-Florine
Intercommunalité Communauté de communes du Brivadois
Maire
Mandat
Alain Mirand
2014-2020
Code postal 43450
Code commune 43182
Démographie
Population
municipale
55 hab. (2017 en augmentation de 5,77 % par rapport à 2012)
Densité 3,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 43″ nord, 3° 08′ 17″ est
Altitude Min. 554 m
Max. 1 004 m
Superficie 17,65 km2
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Étienne-sur-Blesle
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Étienne-sur-Blesle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-sur-Blesle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-sur-Blesle

Saint-Étienne-sur-Blesle est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie

Le village est situé dans la vallée de la Voireuse, à l'extrémité ouest du département de la Haute-Loire. Il est à la limite des monts du Cézallier et du Brivadois au cœur du Pays Coupé.

Histoire

Saint-Etienne-sur-Blesle fait partie des plus anciens prieurés de l'abbaye de Blesle, fondée par Ermengarde, comtesse d'Auvergne à la fin du IXe siècle. Il comprenait une église et des bâtiments (réfectoire, dortoir, hôpital) aujourd'hui en ruines. Peut-être construit sur un site mérovingien, il surveillait l'une des routes qui reliaient la Limagne d'Allier au Cézallier[1]. Cette route qui emprunte l'arête de la Montagne permet également de relier trois prieurés du monastère: Saint-Etienne, Lussaud, et Chanet.

Les textes les plus anciens concernant l'abbaye de Blesle traitent de ce prieuré, qui dans les années 1080 subit une attaque en règle d'hommes en armes au service d’Étienne de Mercoeur, sur la demande des moines de la Chaise-Dieu, avec l'autorisation probable de l'évêque Durand, alors évêque de Clermont[2]. Ces soldats volent les reliques de saint Léon, qui faisaient la renommée du prieuré, et ils les emportent à la Chaise Dieu.

Malgré les plaintes des moniales, il faut attendre la mort d’Étienne de Mercoeur, aux débuts des années 1090, pour que l'évêque de Clermont, sur demande des prêtres de Blesle, rende le prieuré de Saint-Étienne au monastère Saint-Pierre. En 1095, l'abbesse de Blesle depuis 1084, Florence, profite du passage du pape Urbain II à la Chaise Dieu -il se rendait alors au concile de Clermont- pour lui faire parvenir une supplique dans laquelle elle réclame le retour des reliques de saint Léon au monastère Saint-Pierre[3]. Ce texte est le plus ancien texte traitant de l'abbaye de Blesle. On le trouve en latin dans le 'Monumenta pontifica arvernia' de AC Chaix de la Varenne de 1880 (Bibliothèque de Clermont-Ferrand). Le pape répond qu'il place sous sa protection "les biens présents et à venir du monastère", ce qui sous-entend que les reliques de saint Léon demeureront à la Chaise-Dieu[4].


Si le prieuré, à cause de ce vol, ne retrouve certainement pas son lustre d'antan, il reste une dépendance essentielle du monastère.[5] Il abritera au XIIe siècle un Christ roman de toute beauté, ainsi qu'une vierge-reliquaire aux allures byzantines du XIIIe siècle. Ces deux chefs-d’œuvre de l'art roman sont conservés aujourd'hui dans le trésor de l'église Saint-Pierre.

  Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Mont-Étienne ou Mont-Étienne-sur-Blesle[6].

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Alain Mirand[7]    

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2017, la commune comptait 55 habitants[Note 1], en augmentation de 5,77 % par rapport à 2012 (Haute-Loire : +0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
392282293369432445393405390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
358337308271289285284301286
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280293254205185168161133120
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
988572757952495153
2017 - - - - - - - -
55--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Saint-Étienne-sur-Blesle possède 11 hameaux répartis sur les 17,65 km² de superficie que compte la commune.

  • Pressac
  • Vedrine
  • Besse
  • Lavialle
  • Le Fraisse
  • Le Brugely
  • Le Cheylat
  • La Fage
  • Farges
  • La Chireze
  • Solignac

Personnalités liées à la commune

Emmanuel Basse Vitalis (1852-1915), industriel français originaire de Saint-Étienne-sur-Blesle qui développa très tôt l'extraction et le traitement de l’antimoine de la vallée de la Sianne, au Babory de Blesle.

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. Inventaire général du Canton de Blesle, 1994
  2. Léo de Saint-Poncy - Blesle et l'abbaye Saint Pierre - 1905
  3. Josanne Pothier, Blesle, notes d'histoire et d'architecture, Brioude, Watel, , 107 p.
  4. Lisa Charton - thèse et articles de l'Almanach de Brioude
  5. Pierre Frisch - la Contrée des Dames - roman historique - 2017/2018 (cf site éponyme)
  6. Saint-Étienne-sur-Blesle sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 20 juillet 2012.
  7. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 1er octobre 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.


Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :