Ici, pour compléter cet article et là, pour ajouter vos photos.

Montusclat
Montusclat
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Arrondissement du Puy-en-Velay
Canton Mézenc
Intercommunalité Communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal
Maire
Mandat
Robert Machabert
2014-2020
Code postal 43260
Code commune 43143
Démographie
Population
municipale
144 hab. (2016 en augmentation de 10,77 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 51″ nord, 4° 07′ 31″ est
Altitude Min. 832 m
Max. 1 328 m
Superficie 10,47 km2

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Montusclat

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Montusclat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montusclat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montusclat

Montusclat est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Histoire

Le village de Montusclat s’est développé autour d’un prieuré fondé au XIIe siècle par des moines venus de l’abbaye Saint-Chaffre du Monastier. Au XVe siècle, Montusclat est un site important, siège d'un château et péage sur la voie reliant Saint-Agrève au Puy. Montusclat était également le siège d'un mandement et, à ce titre, était la résidence d'un notaire royal[1]. Au XVe siècle, le mandement de Montusclat, comme ceux d'Eynac et du Villard, appartiennent à Erail de La Tour, baron de Saint-Vidal.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jeanine Verdier DVG  
mars 2008 réélu 2014 Robert Machabert[2]    

Outre le bourg-centre éponyme, la commune de Montusclat comprend les hameaux et lieux-dits suivants : le Grez, Pouzol(s) (Vieux et Jeune), la Pradette (Haute et Basse), les Chazeaux, et la Torte.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 144 habitants[Note 1], en augmentation de 10,77 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0001 000686696744753765728690
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
760768795756780737751728717
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
700660632552521439393296263
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
215170141127120124122129142
2016 - - - - - - - -
144--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Église de Saint-Pierre-et-Saint-Paul

L'église vue depuis l'arrière

L’église, qui remonte probablement au XIIe siècle, fut plusieurs fois remaniée ensuite. L’édifice ne comptait à l’origine qu’un seul vaisseau de trois travées, mais fut augmenté de chapelles latérales aux XVIe et XVIIe siècles sur son flanc gauche, et au début du XVIIIe siècle sur son flanc droit. C’est de même au XVIIIe siècle que l’on ajouta le clocher actuel. À l’intérieur, on notera les statues reliquaires de saint Pierre et de saint Paul, une pietà du XVe siècle, et un christ en bois.

Croix sur la place du village

Croix du XVe siècle

Croix monumentale historiée du XVe siècle, représentant le Christ sur une face et une pietà sur l’autre (monument historique[7]).

Oratoire et croix de la Pradette
L’oratoire Saint-François Régis à la Pradette fut construit en commémoration de la venue du saint pendant l’hiver de 1636. À proximité se dresse une croix monumentale du XVIe siècle, historiée sur les deux faces, représentant d’un côté le Christ et de l’autre une Vierge à l’enfant (monument historique[8]).

Notre-Dame-de-l’Étoile et chapelle Saint-Joseph
Une épidémie de peste qui sévissait dans la région en 1721 porta les habitants à faire le vœu, s'ils étaient épargnés, de se rendre une fois l’an en pèlerinage à Notre-Dame d’Araules. Préservés du fléau, et donc tenus d’accomplir leur vœu, les habitants finirent cependant par rechigner, en raison de la distance. Ils reçurent alors l’autorisation, de la part de l’évêque, d’accomplir désormais leur vœu par un pèlerinage sur la montagne de l’Étoile (altitude 1 176 m), sise sur le territoire de la commune, à 1,5 km environ au sud-ouest du village (situé lui-même à une altitude de 1 047 m). En 1882 fut aménagé le chemin de croix, lequel comprend sept croix représentant les sept douleurs de la Vierge, érigées sur le flanc de la montagne le long du sentier conduisant au sommet ; c’est aussi à cette date que fut bâtie, au pied de la montagne, la petite chapelle Saint-Joseph.

Maison Sauron

Maison Sauron

Maison d'un notaire royal, achevée en 1589 et présentant une qualité de construction et de finition la rapprochant des hôtels particuliers urbains de cette période. Une tour abrite un escalier à vis d'origine. A l'intérieur, une cheminée monumentale, des boiseries ainsi que des plafonds à la française. La maison, ainsi que tous ses intérieurs, sont classés (monument historique[9])

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Galerie

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Jean-Jacques VIDAL, Montusclat à la fin du XVe siècle d'après le minutier du notaire Sauron, in Bulletin Historique de la Société Académique du Puy-en-Velay et de la Haute-Loire, Editions de la Société Académique, Année 2009
  2. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Notice no PA00092719, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Notice no PA00092720, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no PA43000024, base Mérimée, ministère français de la Culture


Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :