Ici, pour compléter cet article et là, pour ajouter vos photos.

Mézères
Mézères
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Canton Emblavez-et-Meygal
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Albert Héritier
2014-2020
Code postal 43800
Code commune 43134
Démographie
Gentilé Mézèrois(es)
Population
municipale
160 hab. (2016 en augmentation de 0,63 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 39″ nord, 4° 01′ 12″ est
Altitude Min. 805 m
Max. 1 089 m
Superficie 8,58 km2

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Mézères

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Mézères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mézères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mézères

Mézères est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le petit village de Mézères est construit en rond sur un morne de 953 m d’altitude se dressant à une cinquantaine de mètres au-dessus des terres environnantes, au sommet duquel on accède par une rue en spirale, et où se trouve la vieille église romane et les vestiges d’un château médiéval. La commune comprend un bar-restaurant, six fermes d'agriculteurs, un gîte, une salle polyvalente avec possibilités de location, une bibliothèque...

Avant les années 2000, Mézères avait une école publique qui a été fermée pour cause de manque d'élèves.

Trois messes par an uniquement : Pâques, la Toussaint et l'Assomption[1].

Les habitants de Mézères sont les Mézèrois.

Géographie

Le climat est tempéré, chaud. Les précipitations y sont abondantes toute l'année.

Le village de Mézères est construit sur une éminence basaltique.Il est entouré de montagnes trachytiques. Les volcans se composent de la montagne de Vaux (1087 m), du mont de Planèze (1 101 m), du mont Orsier

(975 m), le volcan de Jalore (dont la plus grande partie est située sur la commune de Rosières) est à 1 076 mètres et domine la vallée de l'Emblavès, la montagne de Gerbison est à 1 076 mètres.

Mézères est traversé par la route D 7 qui relie Yssingeaux à Lavoûte-sur-Loire. La D 28 permet d'accéder au village à partir de la D 7.

Rosières est à 5 km, Retournac à 10 km (gare SNCF sur la ligne reliant Le Puy-en-Velay à Saint-Étienne-Châteaucreux), Yssingeaux à 12 km et Le Puy-en-Velay à 23 km.

Jusqu'en mars 2015, Mézères était située dans le canton de Vorey, dans l'arrondissement du Puy-en-Velay. Parmi les hameaux de la commune, figurent Montméac, les Breux, Vioches, Faux, Planeze.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Histoire

Toponymie : Mézeres a été désigné sous plusieurs noms[2] ; Miseri, Miserie, Mezeras, Mezeirachum.

Si les sources disponibles ne permettent pas de connaître le premier seigneur auquel échoit la terre de Mezères[2] sur laquelle il construit son château, ni de donner une généalogie complète des familles seigneuriales ; le cartulaire et le répertoire des hommages de l'évêché du Puy permettent de repérer certains événements et dépendances de Mézères.

Le diocèse du Puy comprend, depuis la fin du IXe siècle, trois archiprêtrés[3] Monistrol-sur-Loire, Saint-Paulien, et Solignac-sur-Loire. Mézères appartient à celui de Monistrol.

Gaston de Jourda de Vaux[4], indique que Bertrand Comarc (dit aussi Comarc[5] d'Espaly) donna ses biens sis à Mézères à l'église de Chamalières-en-Velay le .

En 1267 la bulle de Clément VI place le château de Mézères sous la souveraineté de l'évêque du Puy.

Le bailliage du Velay, institué vers l'année 1278 et qui ressortissait au sénéchal de Beaucaire, avait, à ses débuts, une étendue égale à celle du diocèse du Puy, Mézères est donc inclus dans ce bailliage.

Les seigneurs des Breux (aujourd'hui hameau de Mézères), Tannequin de Terrasse de Chabanolle, écuyer, seigneur des Breux (1667), fut bailli du mandatement de Mézères. Jean de Terrasse, écuyer, seigneur des Breux possédait des rentes directes à Viauches, Chalendar, Mézères, Blanhac, les Breux, Roiron, la Boriade. qu'il avait acquises du seigneur de Ferrahne, au prix de 3 000 livres.

En , Louis XIV supprima les deux bailliages de la province et incorpora à la sénéchaussée du Puy un siège présidial, afin de simplifier les formalités judiciaires et, ajoute l'édit royal, pour retirer de la vente des nouveaux édifices « un secours considérable et nécessaire dans l'estat présent de nos affaires ». À la veille de la Révolution, ces tribunaux jugeaient sans appel jusqu'à concurrence de 2 000 livres et ressortissaient au Conseil supérieur de la ville de Nîmes, auquel une ordonnance d' avait attribué la compétence judiciaire du parlement de Toulouse.

Période révolutionnaire : l'Assemblée nationale, dans ses séances des 26 décembre et , créa le département du Velay, auquel une autre délibération législative, du 6 février suivant, donna le nom de «département de la Haute-Loire», Il comprenait trois districts et trente-deux cantons dont le canton de Rosières composé de six municipalités : Beaulieu, Chaspinhac, Mézères, Rosières, Saint-Vincent et La Voûte. Un décret des consuls, du , créa deux cantons au Puy et un à Pinols et supprima ceux de Lempdes, de Roche-en-Régnier, de Rosières et de Saint-Palde. Dès lors Mézères appartient au canton de Vorey, comprenant alors sept communes et 10 406 habitants : Beaulieu, Chamalières, Mézères, Roche-en-Régnier, Rosières, Saint-Pierre-Duchamp et Vorey.

Politique et administration

Mairie de Mézères.
Lors de l'élection présidentielle de 2012[6] Marine Le Pen arrive en tête au premier tour avec 39 voix (31,97 %), suivie de François Hollande (22,13 %) et de Nicolas Sarkozy (20,49 %) ; François Bayrou recueille 14 votes (11,48 %), Jean-Luc Mélenchon 13 votes (10,66 %) et Eva Joly 2 ; au second tour Nicolas Sarkozy obtient 53,33 % des suffrages et François Hollande 46,67 %. Au second tour, sur 151 inscrits, il y a 129 votants (85 %).
Lors des élections législatives de 2012 Laurent Wauquiez (UMP) obtient au second tour 68,32 % des voix et Guy Vocanson (PS) 31,68 %.
Lors des élections municipales de 2014, tous les onze sièges de conseillers municipaux ont été pourvus au premier tour. Le nombre d’inscrits était de 164, le nombre de votants de 132 (80,49%).
Le scrutin des élections européennes de 2014 a placé la liste « Bleu marine » (Marine Le Pen) en tête avec 25,37 % ; La liste « Pour la France, agir en Europe » (Brice Hortefeux) 23,95 % ; « Choisir notre Europe » (Jean-Paul Denamot, PS) 11,96 %.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Jean-Claude Dodet UMP  
mars 2014 En cours
(au 27 août 2014)
Albert Héritier[7]   retraité

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2016, la commune comptait 160 habitants[Note 1], en augmentation de 0,63 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300282347388364384400408402
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
406439461503474499499516464
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 067396415348358314289254221
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
173164124105101102151158159
2016 - - - - - - - -
160--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les 161 personnes qui constituent la population de la commune de Mézères[12] se répartissent en 50 personnes de moins de 30 ans, 67 de 30 à 59 ans et 42 de 60 ans et plus.

Sur les 104 habitants qui ont entre 15 et 64 ans, 66 sont des actifs ayant un emploi, dont 36 hommes et 29 femmes.

Le nombre d’emplois dans la commune est de dix-sept, dont onze non-salariés.

Le nombre de logements est de 116 dont 64 résidences principales, 36 résidences secondaires et 16 logements vacants.

Lieux et monuments

Maison typique sur le flanc du morne de Mézères.
  • La chapelle romane du Xe siècle, convertie en église, située sur le point culminant du village.
  • Vestiges du château féodal, le castrum de Mezeras, mentionné au XIe siècle.
  • Bourgade pittoresque (maisons typiques aux toits de lauzes, four à pain, etc.).
  • Château (XVe et XVIe siècles) dans le hameau des Breux, à 1 km environ à l'est du village.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Article sur Mézères
  2. a et b Theillière Abbé  « Mézères « Tablettes historiques du Velay 1874 Le Puy impr. J.M. Freydier 588 p.p. 570-582 (consultable sur Gallica)
  3. Gaston de Jourda de Vaux Le Nobiliaire du Velay et de l'ancien diocèse du Puy, t.2, 1924 Le Puy (consultable sur Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61320531.r=mezeres?rk=21459;2
  4. Jourda de Vaux, Gaston de " Le Nobiliaire du Velay et de l'ancien diocèse du Puy : noms féodaux' Tome 2, impr. Peyriller (Le Puy)  1924-1933  p.158
  5. Gaston de Jourda précise que "dans son étude sur l'origine de la cité d'Anis, M.-A. Boudon-Lashernes dit que les membres de la famille d'Espaly des « seigneurs de Ferraighe » se transmettaient jalousement, de génération en génération le tritre de "comarc " c'est à dire, suivant du Gange, prince, le comarc étant, aux temps gallo-roamains et gallo-francs, le chefs des Comtes dans la province.
  6. « Elections présidentielles 2012 Mézères », sur franceinfo.fr
  7. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « INSEE dossier compltet commune de Mézères (43134) », sur INSEE.fr, (consulté le 31 décembre 2016)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :