Ici, pour compléter cet article et là, pour ajouter vos photos.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenier (homonymie).

Grenier-Montgon
Grenier-Montgon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Canton Sainte-Florine
Intercommunalité Communauté de communes du Brivadois
Maire
Mandat
Jacques Filiol
2014-2020
Code postal 43450
Code commune 43103
Démographie
Population
municipale
115 hab. (2016 en diminution de 1,71 % par rapport à 2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 19″ nord, 3° 11′ 44″ est
Altitude Min. 504 m
Max. 694 m
Superficie 5,01 km2

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Grenier-Montgon

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Grenier-Montgon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grenier-Montgon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grenier-Montgon

Grenier-Montgon est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie

La commune de Grenier-Montgon doit son nom à deux de ses principaux villages : Grenier, siège de la commune, et Montgon. Les deux villages se situent dans la vallée de la Violette, non loin de son confluent avec l'Alagnon.

Les monts du Cézallier et de la Margeride surplombent le lieu.

Le village est situé dans le département de la Haute-Loire mais il est très lié à la ville de Massiac (Cantal) dont il n'est séparé que de trois kilomètres.

Histoire

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean Darcellier    
mars 2008 En cours
(au 27 août 2014)
Jacques Filiol[1]    

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 115 habitants[Note 1], en diminution de 1,71 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
317272272280260431422449419
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330375582330288317320319290
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
298292271234246234200156156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
120120133149129123118120116
2016 - - - - - - - -
115--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Viaduc de la Violette

A hauteur du village de Montgon, l'autoroute A75 enjambe la vallée de la Violette par un viaduc aux proportions considérables : le viaduc de la Violette.

Le viaduc de la Violette.

Château de Montgon

Château de Montgon.

Le château de Montgon, est assis au sommet d'une éminence qui domine au sud le vallon arrosé par le ruisseau de la Violette. Il est bordé à l'ouest par un ravin. Au nord la pente continue à s'élever jusqu'à une table basaltique qui borde le plateau d'Espalem. La grosse tour date probablement du XIIIe siècle ou du XIVe ; la tour d'angle nord-est de la première enceinte qui lui est identique doit être contemporaine. L'état des ruines ne permet pas d'avancer une date précise, il est probable que la plus grande partie des constructions qui subsistent a été effectuée au XIIIe siècle[6].

Le château de Fleurival

Le château de Fleurival situé au bord de l'Alagnon est transformé en gîte.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Panneau d'information "Route Vallée de l'Alagnon".


Liens externes