Ici, pour compléter cet article et là, pour ajouter vos photos.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borne.

Borne
Borne (Haute-Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Puy-en-Velay
Canton Saint-Paulien
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Annie Bouchet
2014-2020
Code postal 43350
Code commune 43036
Démographie
Population
municipale
418 hab. (2016 en diminution de 1,65 % par rapport à 2011)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 06′ 03″ nord, 3° 47′ 59″ est
Altitude Min. 720 m
Max. 885 m
Superficie 5,48 km2

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Borne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Borne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Borne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Borne


Borne est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie

La Borne en bas du village de Borne.

Toponymie

Du mot pré-latin, Borna (« trou, source »), sans doute d'origine gauloise.

Histoire

Borne est une commune ancienne, à 12 km du Puy-en-Velay, le long de la rivière du même nom. La commune se situe à la jonction de deux grandes voies romaines et médiévales, la via Strada, qui reliait Le Puy à Clermont-Ferrand et la via Bolen, qui reliait Lyon et le Midi.

Ancienne bourgade de passage, elle dispose encore d’un des trois tumulus explorés en 1823 par Deribier de Cheyssac, et daté d’avant 1032. C’est son plus vieux « monument », le long de la très ancienne voie Strada, dont le but était de guider le voyageur en direction de Puy afin d’éviter les marais de Nolhac tout proches.

La rivière Borne se traversait dans le village par un pont médiéval encore existant. D’origine fin XIe, début XIIe, il a été élargi et renforcé au XVIIIe siècle. C’est apparent au droit des avant-becs et après-becs, pointus façon médiévale, puis circulaires façon moderne, mais aussi au niveau de l’encorbellement. Cet ouvrage est long de 83 m entre piles d’entrées, soit plus de 100 m au total. Il restera en fonction jusqu’en 1852, date de mise en service du pont actuel. Une travée sera dynamitée par la Résistance en février 1944. Restauré par l'association Borne Patrimoine, il est désormais possible de le franchir à pied grâce à une passerelle métallique qui remplace l'arche détruite.

Le village dispose aussi de grottes troglodytes, au lieu-dit le Rocher, dont une seule a pu être conservée accessible suite à l’éboulement de 2004.

On trouvera aussi une très petite chapelle ornée de peintures, au fond de l’ancien cimetière, derrière l’église.

L’église en elle-même date du Moyen Âge pour sa partie cœur. La nef d’entrée est un peu plus récente et la chapelle sud est XIXe. À noter l’histoire de la réalisation de la voûte de l’église, ou celle de la fabrication de la cloche, relatée par Ignace Corthiasd, frère du curé de l’époque, qui aux environs de 1830 relate les faits dans ses « annales » conservées en mairie de Borne.

Jusqu’au XVIIe siècle, le clergé était représenté localement par des moines de l’ordre des Prémontés qui avaient la charge de l’église mais qui vivaient miséreux.

Il existe à cheval sur Borne et Saint-Vidal, les grottes et les ruines de l’ancien village des Muses. Ce village peut être daté d’environ 1300. Il n’existait déjà plus à la réalisation de la carte de Cassini, qui dans ce secteur date d’environ 1760. Cet ensemble, enchevêtré dans les pierres, laisse apparaître des jambages appareillés, des constructions en moellons sans liant, de forme rectangulaire, voire circulaire. Chaque construction dispose en son centre d’un trou d’environ 50 cm de profondeur, et 50 cm de diamètre : peut-être l’âtre central.

Plus près de nous, le Pont Rouge, ouvrage métallique du type Eiffel, enjambe la Borne à 500 m en aval du village. Propriété privée, il est remarquable par le treillis métallique le formant et par son système de sous-tension.

À noter aussi la cascade du Bourbouilloux, en amont du pont médiéval, site naturel marquant la chute de l’affluent de la Borne et son bassin de réception ; à découvrir.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 2008 Jean-Paul Colly [UMP]  
mars 2008 En cours
(au 26 août 2014)
Mme Annie Bouchet[1]    

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2016, la commune comptait 418 habitants[Note 1], en diminution de 1,65 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
226226235270285300314365325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
347357358368411403407421375
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380385392334346332288275257
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
248275284271302352399406412
2013 2016 - - - - - - -
424418-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Anecdote

Au mois de mars 2011, Cédric Enjolras, président du club de football de Borne, le FC Borne a tenté de recruter la star internationale du football Lionel Messi en remplissant et en envoyant un formulaire de demande de transfert officiel à la FFF, à l'attention de ses collègues catalans. Cette plaisanterie n'aura pas été du goût de la Fédération française de football car Cédric Enjolras fut suspendu pendant 6 mois.

Voir aussi

  • Extrait d'une notice sur le résultat des fouilles faites dans un tumulus, près Borne, route du Puy à Brioude par Deribier de Cheissac.

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 26 août 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :