1 - Statistiques

Le dernier rapport statistique (17 pages) de l'Insee sur cette commune est consultable en ligne. Cliquez ici pour l'ouvrir dans un nouvel onglet...

2 - Qualité des eaux de consommation

La seule unité de distribution d'eau sur cette commune est intitulée : MONISTROL SUR LOIRE. Cliquez ici pour afficher sa fiche qualité de l'Agence Régionale de Santé dans un nouvel onglet...

3 - Archives départementales

La commune a déposé ses anciens dossiers aux Archives départementales de Haute-Loire :
  1. Classé E-dépôt 41, couvrant la période : 1645-1698.

4 - Revues de référence

Les 15 articles des Cahiers de la Haute-Loire (ou des Tablettes historiques) traitant de cette commune sont :
  1. La Révolution et ses prisonniers de guerre au Puy et à Brioude, Isabelle MALFANT (Cahiers de la Haute-Loire 1989).
    Résumé : Etude statistique et nominative concernant les prisonniers des premières campagnes Bonapartistes détenus au Puy et à Brioude de l'an II à l'an VIII. Piémontais, Autrichiens et Hongrois pour l'essentiel, ils ont échoué à Brioude, Monistrol-sur-Loire ou au Puy où le Grand Séminaire a fait office de geôle. Malades, couverts de vermine, affamés, beaucoup périrent d'un mal mystérieux, peut-être le typhus, semant la confusion parmi la population ponote. Ceux qui en réchappèrent furent échangés contre des prisonniers français ; certains restèrent dans la région où ils firent souche. Les régiments dont dépendaient ces prisonniers sont partiellement identifiés, ainsi que l'identité d'une cinquantaine d'entre eux. Mots-clés : Révolution Française, prisonniers de guerre (an II-an VIII), Piémontais, Autrichiens, Hongrois, guerres d'Italie, typhus, épidémie.
    Référence : 20796/1989 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1989 pour les AD 43.
  2. Les vagabondages politiques d'Hippolyte de Chabron, Philippe MORET (Cahiers de la Haute-Loire 1995).
    Résumé : Sous la monarchie de Juillet, le député Lafressange travaille à un délicat « système de conciliation » entre légitimistes discrets et gouvernement. Bertrand de Chabron, maire de Monistrol-sur-Loire, y est un pivot du système. Mais son fils cadet Hippolyte (l’aîné est le futur général), jeune homme tourmenté, s’embarque soudain dans une aventure : A. Solard, de St-Just-Malmont, naundorffiste par mariage, auteur du Dernier fils de France (Yssingeaux, 1838), l’a rallié à la cause d’une victime des Bourbons. Hippolyte voit le révolté en Naundorff et se met à son service. Il escorte de Suisse à Londres la femme et les enfants du « prince », puis il fait imprimer en 1839 à Lyon la Doctrine céleste, où Naundorff abandonne sa posture d’enfant du Temple pour prendre celle de prophète d’une « troisième révélation », violemment anticatholique. Le livre est saisi, Hippolyte, condamné comme éditeur, s’enfuit à Londres où il vivra l’éclatement de la petite cour, qu’il abandonne. Une correspondance permet de peindre le portrait politique de ce rebelle où se mêlent les couleurs de l’anticléricalisme, du millénarisme, du fouriérisme, du républicanisme - caractéristique d’un XIXe s. en quête de « régénération ». Quant à Naundorff, sa personnalité apparaît sous un nouveau jour ; les réseaux républicains suisses issus du carbonarisme l’ont pris en charge avant son entrée en France. Pour un ancien naundorffiste suisse, « Naundorff était un agent des sociétés révolutionnaires, qui travaillait en même temps pour son compte et à sa façon ».
    Référence : 20796/1995 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1995 pour les AD 43.
  3. Les vagabondages politiques d'Hippolyte de Chabron (suite), Philippe MORET (Cahiers de la Haute-Loire 1996).
    Résumé : II. LE SOCIALISME DANS « NOS MONTAGNES », 1841-1851 En Haute-Loire, Lafressange tente avec pugnacité d’obtenir une grâce de Louis-Philippe, qui ne remet qu’une moitié de la peine. Hippolyte enfermé deux mois à la prison de Roanne à Lyon donne un rare récit de la vie quotidienne derrière les barreaux. Revenu à Monistrol, il se justifie dans son courrier. S'il garde ses convictions quant à la société, il voit en Naundorff « un homme infernal». Quant à Solard, secrétaire du directeur des Invalides, puis sous-préfet de la Seconde République et de Napoléon III, ce triste épisode est vite oublié ! Lafressange fait nommer Hippolyte maire de Monistrol en 1847, succédant à son père. Derrière cette façade, les Chabron, la mère et les deux fils, se montrent fouriéristes, abonnés à la Démocratie pacifique. Hippolyte envoie des contributions à ce journal, notamment sur Yssingeaux, assiste aux banquets phalanstériens de Saint-Etienne. En 1848, alors que la mode est au socialisme, Hippolyte, qui l’est depuis longtemps, doit céder sa place de maire. Candidat malheureux aux élections de Pâques 48, il affiche son socialisme « essentiellement chrétien ». Mais la Haute-Loire vote au centre et à droite. Aux législatives de mai 1849, la gauche lui refuse l’investiture, préférant les « montagnards » farouches aux socialistes pacifiques. Hippolyte se replie sur ses terres et sur la poésie : Notre pays et notre mère, souvenirs poétiques.
    Référence : 20796/1996 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1996 pour les AD 43.
  4. Les Antonins en Haute-Loire, Jean PERREL (Cahiers de la Haute-Loire 1999).
    Résumé : Cet ordre hospitalier, dont l'auteur étudie l'origine, la vocation et l'histoire, possède 5 établissements en Haute-Loire : l'hôpital du Pertuis, mentionné en 1284 ; la commanderie de Monistrol-sur-Loire en 1327 ; la commanderie de Saint-Victor-sur Arlanc, Hugues de Vertamy en est commandeur en 1383 ; Frugières-les-Mines, la préceptorie la plus ancienne, pour toute l'Auvergne, est mentionnée en 1272 ; la commanderie de Pradelles, en Vivarais, est mentionnée en 1478. A leur histoire l'auteur ajoute celle des dignitaires puis évoque ce qu'il en reste.
    Référence : 20796/1999 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1999 pour les AD 43.
  5. Réflexions sur la pénétration de la réforme dans le Velay (1530-1560), Christian MAILLEBOUIS (Cahiers de la Haute-Loire 1999).
    Résumé : Contrairement aux idées reçues, la Réforme arrive en Velay de Lyon, le long de la vallée de la Loire, de Monistrol, ville de Jean Chassanion prédicateur protestant, à Vorey jusqu'au Puy, puis par Annonay dans les montagnes. Elle devance la présence à Saint-Voy. L'imprimerie lyonnaise, l'université de Valence participent à cette pénétration. L'auteur étudie les origines, grâce aux chroniqueurs ponots, la première victime est de Chambaud vers Dunières et non du Chambon. Au Puy, 20 % des chanoines de la cathédrale passent au Protestantisme dans cette ville où une communauté est effective dès 1561.
    Référence : 20796/1999 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1999 pour les AD 43.
  6. Le service de l'hospitalité à Monistrol, du Moyen-Age à la Révolution, Philippe MORET (Cahiers de la Haute-Loire 2005).
    Résumé : Dès le XIIIe siècle une commanderie d’Antonins accueille les victimes du « feu Saint-Antoine » (ses restes monumentaux du XVe siècle posent bien des problèmes, dont celui d’un décor peut-être dû à Jean de Bourbon) ; une malouteyre ou maladrerie réunit les pestiférés ; s'y ajoute un hôpital que nous dirions généraliste. Pour l’administration du « bien des pauvres » les institutions ou les pratiques évoluent selon les rapports de force et les conceptions religieuses. Quelques seigneurs-évêques ont marqué l’institution : Sénectère, La Roche-Aymon, Galard. Depuis le XVIIe siècle, les sœurs de Saint-Joseph sont mêlées au fonctionnement de l’hôpital, jusque dans la Révolution, qui détruit une subtile économie de la charité. L’étude s’achève au moment où l’hôpital retrouve l’essentiel de ses équilibres, avant la médicalisation.
    Référence : 20796/2005 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2005 pour les AD 43.
  7. Le parcours politique d'Emmanuel de Chabron, général de division et sénateur inamovible (1806-1889), Philippe MORET (Cahiers de la Haute-Loire 2007).
    Résumé : L’auteur a déjà fait la biographie d’un frère Chabron (Hippolyte) dans les Cahiers 1995 et 1996. Quelque peu originale dans son parcours politique, la famille a évolué entre légitimisme, orléanisme, fouriérisme et phalanstérisme, tout en demeurant tendrement unie et assez bien insérée localement. Emmanuel, quant à lui, passe à Saint-Cyr, fait la guerre en Vendée, à Rome et en Algérie ; il est promu général après sa victoire de Palestro. Sous le second Empire, il est élu au Conseil général de la Haute-Loire puis en 1871, député du département, puis sénateur inamovible. Son vote de l’amendement Wallon a permis l’avènement de la IIIe république. De nombreux documents personnels et familiaux permettent une étude intimiste.
    Référence : 20796/2007 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2007 pour les AD 43.
  8. Philippe Moret (1936-2010), Christian LAURANSON-ROSAZ (Cahiers de la Haute-Loire 2010).
    Résumé : Philippe Moret, qui fut vice-président des Cahiers de la Haute-Loire et vice-président de la Société académique, a terminé sa carrière comme inspecteur général de l’enseignement après avoir été au cabinet des ministres de l’Education nationale Alain Peyrefitte, puis Olivier Guichard. Retiré à Monistrol-sur-Loire, il se révèle historien, défenseur du patrimoine, organisateur d’expositions et conférencier.
    Référence : 20796/2010 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2010 pour les AD 43.
  9. Archéologie dans le nord-ouest du département, cantons de Bas-en-Basset et de Monistrol-sur-Loire, Yves THEILLERE (Cahiers de la Haute-Loire 2013).
    Résumé : archéologie gallo-romaine
    Référence : 20796/2013 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2013 pour les AD 43.
  10. Archéologie dans le nord-ouest du département, cantons de Bas-en-Basset et Monistrol-sur-Loire, Yves THEILLERE (Cahiers de la Haute-Loire 2013).
    Résumé : Les récents repérages de sites archéologiques permettent d’approcher l’occupationhumaine sous la Tène et l’antiquité romaine. Présentation des sites, puis, en annexe,détail des trouvailles.
    Référence : 20796/2013 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2013 pour les AD 43.
  11. Fondation d'un ermitage à Monistrol-sur-Loire, (abbé) THEILLERE (Tablettes Historiques 1871).
    Résumé : La congrégation des ermites de Saint-Jean-Baptiste est fondée en France par le père Michel de Sainte-Sabine vers 1630. Le premier solitaire qui vint établir un ermitage de cette congrégation dans le diocèse du Puy portait le nom de frère Jean-Jacques, nom qu'il quitta pour prendre celui de frère Jean-Baptiste. Après un court séjour en Velay il retourne à son ermitage de Saint-Bodille, diocèse de Vienne en Dauphiné, puis se rend à Annecy à l'appel de l'évêque de Genève, pour réformer les ermites du diocèse. En 1657 il reçoit commission des archevêques de Lyon et de Vienne et de l'évêque du Puy, pour visiter les ermitages de leurs diocèses. Quelques auteurs prétendent qu'il n'était autre que Antoine de Bourbon, comte de Moret, fils naturel d'Henri IV et de Jacqueline de Beuil, comtesse de Moret. Antoine de Bourbon n'aurait pas été tué à la bataille de Castelnaudary, mais à la suite du combat, il aurait disparu secrètement et se serait réfugié au Portugal en habit d'ermite. Revenu en France, il se serait caché sous le nom de frère Jean-Baptiste.- Autre ermite célèbre, le frère Jean Coppin vint se fixer, entre 1650 et 1660, à Chaumont, paroisse de Boisset. Il avait d'abord embrassé la carrière des armes puis voyagé. Retiré du monde, il écrit un livre : "le bouclier de l'Europe ou la guerre sainte". Imprimé au Puy en 1686, cet ouvrage se divise en deux parties : la première est une longue théorie sur l'art stratégique appliqué à la conquête des pays musulmans
    Référence : 6026/II pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/II pour les AD 43.
  12. La famille de Chabanes et la fondation du monastère des Capucins à Monistrol-sur-Loire, (abbé) THEILLERE (Tablettes Historiques 1871).
    Résumé : Généalogie de la famille de Chabanes [ou de Chabannes], à partir de Marcellin de Chabanes, notaire royal à Monistrol dans la première moitié du XVIe siècle.
    Référence : 6026/II pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/II pour les AD 43.
  13. La famille de Chabanes [ou de Chabannes] et la fondation du monastère des Capucins à Monistrol-sur-Loire (suite), (abbé) THEILLERE (Tablettes Historiques 1871).
    Résumé : Le 12 novembre 1626, en présence de Just de Serres, évêque du Puy, Guillaume de Chabanes, commissaire ordinaire de l'artillerie de France, lègue une somme de huit cents livres pour servir à loger les Pères Capucins à Monistrol.
    Référence : 6026/II pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/II pour les AD 43.
  14. A nos amis, La Rédaction (Tablettes Historiques 1871).
    Résumé : Remerciements pour l'accueil et les encouragements reçus par les Tablettes depuis leur création.
    Référence : 6026/II pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/II pour les AD 43.
  15. La famille de Chabanes [ou de Chabannes]et la fondation du monastère des capucins à Monistrol-sur-Loire (suite), (abbé) THEILLERE (Tablettes Historiques 1871).
    Résumé : Nouvelle donation de Guillaume de Chabanes pour l'établissement des Capucins à Monistrol-sur-Loire, par un codicille du 12 août 1627. Cette année là, dès après son décès, les acquisitions immobilières nécessaires sont effectuées. Le surplus de la somme est employé à l'achat de livres pour constituer la bibliothèque des Pères.
    Référence : 6026/II pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/II pour les AD 43.
Cette page est créée à partir des bases de données de nos partenaires. En cas d'erreur, contactez-les directement. L'Observatoire de Haute-Loire ne peut corriger ces données.