1 - Statistiques

Le dernier rapport statistique (17 pages) de l'Insee sur cette commune est consultable en ligne. Cliquez ici pour l'ouvrir dans un nouvel onglet...

2 - Qualité des eaux de consommation

La seule unité de distribution d'eau sur cette commune est intitulée : BRIOUDE. Cliquez ici pour afficher sa fiche qualité de l'Agence Régionale de Santé dans un nouvel onglet...

3 - Archives départementales

La commune a déposé ses anciens dossiers aux Archives départementales de Haute-Loire :
  1. Classé E-dépôt 353, couvrant la période : 1765-an III.

4 - Revues de référence

Les 43 articles des Cahiers de la Haute-Loire (ou des Tablettes historiques) traitant de cette commune sont :
  1. La fondation du monastère de Chanteuges. Exemple régional du renouveau monastique au Xe siècle, Louis MONCHALIN (Cahiers de la Haute-Loire 1966).
    Résumé : Fondée en 936 sous la règle de saint Benoît avec l'aide d'Arnulf, abbé d'Aurillac, dotée sur les biens de Cunebert, prévôt du chapitre de Brioude, confirmée par le roi Louis IV d'Outremer et pourvue de l'immunité, Chanteuges demeure autonome jusqu'en 1137, où les abus d'un seigneur local la font rattacher à La Chaise-Dieu.
    Référence : 20796/1966 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1966 pour les AD 43.
  2. De Vaneau à Julien, Roger GOUNOT (Cahiers de la Haute-Loire 1967).
    Résumé : La sculpture en Velay dans la seconde moitié du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle autour des personnalités majeures de Pierre Vaneau et de Pierre Julien, avec des oeuvres de ces deux sculpteurs et de Mathieu Bonfils, Gabriel Samuel et Joseph Marie Gros. Monuments de Vaneau commandés par l'évêque du Puy Armand de Béthune en l'honneur de Jean Sobieski, roi de Pologne. Pas assez de maîtres pour faire une école, d'autant qu'à Vaneau, sculpteur génial mais inégal, succèdent des artistes de moindre qualité avant Julien, modeleur parisien.
    Référence : 20796/1967 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1967 pour les AD 43.
  3. De l'action administrative à l'action vétérinaire : Problèmes de l'élevage dans le Brivadois au dix-huitième siècle, Abel POITRINEAU (Cahiers de la Haute-Loire 1967).
    Résumé : Les pestes bovines de 1714 et 1744 touchent peu la montagne auvergnate et le Velay grâce à des mesures admnistratives empiriques, notamment la prohibition des foires et l'installation de cordons sanitaires. L'épizootie ovine de 1750 fait davantage de ravages. C'est vers 1780 qu'un premier vétérinaire s'installe à Brioude, et s'y fait difficilement une place à l'occasion d'une recrudescence de la morbidité animale. En dehors de ces deux points, les soucis nouveaux des autorités n'ont pas encore eu d'effet concret à la fin de l'Ancien Régime.
    Référence : 20796/1967 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1967 pour les AD 43.
  4. L'époque héroïque de l'aviation en Haute-Loire, André de BAILLIENCOURT-COURCOL (Cahiers de la Haute-Loire 1967).
    Résumé : Depuis la Fête d'Aviation du Puy, en 1909, le succès populaire des manifestations aériennes, encouragées par le ministre Laurent-Eynac, débouche en 1930 sur la création d'un Aéro-Club, tandis que la section locale de Brioude de l'Aéro-Club d'Auvergne s'émancipe en 1931. L'aérodrome de Loudes-Le Puy est ouvert en 1937, le terrain de secours de Darsac la même année.
    Référence : 20796/1967 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1967 pour les AD 43.
  5. Un bataillon de milice en campagne au XVIIIe siècle : Le bataillon de Brioude, des milices d'Auvergne, pendant la guerre de Sept ans, Abel POITRINEAU (Cahiers de la Haute-Loire 1969).
    Résumé : Décidée en 1688, la levée de milice visait à constituer une réserve d'effectifs pour des services auxiliaires. Les cinq cents hommes théoriques du bataillon de Brioude servirent en Alsace de 1757 à 1761, sans enthousiasme, dans des postes sans éclat. Mal organisé et mal utilisé, cet ancêtre de l'armée nationale de conscription suscita une impopularité disproportionnée avec la charge qu'il représentait pour les populations.
    Référence : 20796/1969 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1969 pour les AD 43.
  6. La seigneurie du Chapitre de Brioude (VIIIe-XIe siècle), Luc TIXIER (Cahiers de la Haute-Loire 1971).
    Résumé : Le chapitre Saint-Julien de Brioude accroît ses possessions par des donations de seigneurs grands ou petits, souvent de propriétaires qui s'en gardent la jouissance tout en se mettant sous la protection de l'Eglise. Constitué en un siècle, de 850 à 950, avec un pic pendant l'abbatiat de Guillaume le Pieux (893-917), le domaine est soigneusement regroupé et exploité, quelque peu au détriment de l'idéal évangélique.
    Référence : 20796/1971 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1971 pour les AD 43.
  7. Deux actes du XIIIe siècle concernant le chapitre de Brioude, Yves SOULINGEAS (Cahiers de la Haute-Loire 1972).
    Résumé : Edition de deux textes latins provenant des archives Murard à Bizy (Nièvre) : vente de terrains par Béraud de Saint-Eble, chevalier, au chapitre Saint-Julien de Brioude (1248), vente de maisons sise à Brioude, au même chapitre, par Ebrard Sarraceni, chanoine. Transcriptions de chartes.
    Référence : 20796/1972 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1972 pour les AD 43.
  8. Le prieuré de La Bajasse au XVIIIe siècle, Yves SOULINGEAS (Cahiers de la Haute-Loire 1973).
    Résumé : Célèbre par son Christ, l'ancienne maladrerie de La Bajasse à Vieille-Brioude a aussi laissé des archives qui permettent de connaître son histoire, surtout après la réunion à l'Hôtel-Dieu de Brioude en 1696. Histoire compliquée par l'existence sur le même lieu d'un prieuré Saint-Jean, dont les prieurs s'opposent à l'hôpital jusqu'à la suppression de leur bénéfice. Autre source de conflits, vers 1750 lorsque les ingénieurs royaux décident la construction d'un pont sur l'Allier, détruit par une crue en 1783 et remplacé par un bac. Destiné à assurer l'indépendance financière de l'Hôtel-Dieu, le patrimoine de La Bajasse y contribua insuffisamment en raison de l'importance des charges.
    Référence : 20796/1973 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1973 pour les AD 43.
  9. Un radical brivadois : le docteur Louis Devins maire de Brioude, député, sénateur (1850-1917), Auguste RIVET (Cahiers de la Haute-Loire 1984).
    Résumé : Rôle dans l'arrondissement, le département, et au Parlement plutôt qu'à Brioude même : républicain, héritier, notable ; médecin ; il s'oppose à Saint-Ferréol, l'élimine, affronte Chantelauze et Vidal, se réconcilie avec ce dernier en 1906 par un effet de la politique nationale ; ses idées politiques et sa fin.
    Référence : 20796/1984 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1984 pour les AD 43.
  10. La Révolution et ses prisonniers de guerre au Puy et à Brioude, Isabelle MALFANT (Cahiers de la Haute-Loire 1989).
    Résumé : Etude statistique et nominative concernant les prisonniers des premières campagnes Bonapartistes détenus au Puy et à Brioude de l'an II à l'an VIII. Piémontais, Autrichiens et Hongrois pour l'essentiel, ils ont échoué à Brioude, Monistrol-sur-Loire ou au Puy où le Grand Séminaire a fait office de geôle. Malades, couverts de vermine, affamés, beaucoup périrent d'un mal mystérieux, peut-être le typhus, semant la confusion parmi la population ponote. Ceux qui en réchappèrent furent échangés contre des prisonniers français ; certains restèrent dans la région où ils firent souche. Les régiments dont dépendaient ces prisonniers sont partiellement identifiés, ainsi que l'identité d'une cinquantaine d'entre eux. Mots-clés : Révolution Française, prisonniers de guerre (an II-an VIII), Piémontais, Autrichiens, Hongrois, guerres d'Italie, typhus, épidémie.
    Référence : 20796/1989 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1989 pour les AD 43.
  11. La fortune minière des premiers Mercoeur. Mercure, Jupiter et la Licorne : symbolisme alchimique à usage minier antique sur le plateau de Mercoeur (43)?, François-Hubert FORESTIER (Cahiers de la Haute-Loire 1990).
    Résumé : Etude historique par un géologue. Sur ce plateau, qui prolonge la Margeride, la toponymie transmet une tradition carolingienne et pré-carolingienne : Mercœur = Mercure, Montjieux = Mont Jupiter, La Licourne, etc. Ces lieux, à proximité de sites miniers gallo-romains, font-ils référence à un culte local ou à l'alchimie connue dès 600 av. J.C. ? Les Mercœur, d'ascendance antique, sont les puissants propriétaires du sol. Leurs fonderies,liées aux fonctions de monétaires, traitent les métaux extraits de leurs mines. Dès avant l'an 1000, cet héritage passe sous la protection du chapitre de Brioude. Un tableau et une carte des possessions Mercœur illustre cette étude.
    Référence : 20796/1990 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1990 pour les AD 43.
  12. Le plafond armorié du doyenné de Brioude, Emmanuel de BOOS (Cahiers de la Haute-Loire 1991).
    Résumé : L'hôtel fortifié du doyen du chapitre Saint-Julien de Brioude a été en partie ruiné avant 1280 lors de guerres intestines entre dignitaires du chapitre, et restauré peu après par le doyen Gaucelin de La Garde. On a récemment redécouvert un extraordinaire décor armorié qui date de cette reconstruction. Identification des blasons, hypothèses sur l'occasion du décor, en lien avec les expéditions capétiennes vers le royaume de Naples ? Relevés, clichés couleur.
    Référence : 20796/1991 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1991 pour les AD 43.
  13. La charpente d'échafaudage et d'étaiement : l'entreprise Perre, Jean PERRE (Cahiers de la Haute-Loire 1998).
    Résumé : Présentation des outils et techniques, et de chantiers avec échafaudages de bois réalisés depuis les années 30 par la famille Perre, à l'abbatiale Saint-Robert de La Chaise-Dieu, au Pont de l'Enceinte à Yssingeaux, au chemin de fer de la Transcévenole, au pont de Coubon, à la « Potence » d'Allègre, à l'église Saint-Julien de Brioude. Charpentes métalliques pour Saint-Joseph d'Espaly, en 1957,le château de Vachères à Présailles, et l'Hôtel-de-ville du Puy-en-Velay en 1969.Photographies et relevés.
    Référence : 20796/1998 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/1998 pour les AD 43.
  14. La Chapelle de la Croix de la basilique Saint-Julien de Brioude, Bernadette SAUGET (Cahiers de la Haute-Loire 2002).
    Résumé : Dans l'église Saint-Julien de Brioude, la restauration d'une chapelle latérale a permis des observations de graffitis contemporains de la construction, qui donnent des dates, le nom du prélat consécrateur, et des schémas de décors.
    Référence : 20796/2002 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2002 pour les AD 43.
  15. La Chapelle de la Croix de la basilique Saint-Julien de Brioude, Bernard GALLAND (Cahiers de la Haute-Loire 2002).
    Résumé : Dans l'église Saint-Julien de Brioude, la restauration d'une chapelle latérale a permis des observations de graffitis contemporains de la construction, qui donnent des dates, le nom du prélat consécrateur, et des schémas de décors.
    Référence : 20796/2002 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2002 pour les AD 43.
  16. Jean de Berry et Brioude, armes et emblèmes d'un plafond disparu, Claude ASTOR (Cahiers de la Haute-Loire 2003).
    Résumé : Une reproduction en couleurs réalisée vers 1855 pour un érudit, Joseph Fournier-Latouraille, fait connaître avec précision le somptueux plafond peint d'une maison de Brioude détruite peu après. Ce monument portait les emblèmes du roi Charles VI et de Jean de France, duc de Berry et d'Auvergne, lieutenant du roi en Auvergne. L'étude oriente vers les tentatives d'implantation à Brioude vers 1389 de ce dernier personnage, célèbre dans l'histoire des arts. Aucun plafond dû à son mécénat n'était documenté à ce jour.
    Référence : 20796/2003 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2003 pour les AD 43.
  17. Sainte Bonette (vers le Xe siècle), Pierre CUBIZOLLES (Cahiers de la Haute-Loire 2004).
    Résumé : Entre légende et réalité, exploration de l'histoire de sainte Bonette, humble bergère. Elle aurait sauvé Brioude d'un invasion normande. L'étude se base sur des textes dont les plus anciens sont du XIIe s., elle est complétée par l'histoire de la chapelle d'Alvier.
    Référence : 20796/2004 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2004 pour les AD 43.
  18. Chanter dans la bonne société (1775-1810), une liasse de chansons retrouvées dans le Brivadois., Didier PERRE (Cahiers de la Haute-Loire 2006).
    Résumé : Une soixantaine de chansons, pour l'essentiel manuscrites, retrouvées dans les papiers d'un notaire de Brioude remontent à la période 1775-1810.
    Parmi des chansons en vogue à Paris à cette époque, extraites de spectacles (ballets, comédies, divertissements), figurent plusieurs pièces populaires dont une pastourelle en occitan et un noël, ainsi que deux chansons à la gloire de l'armée révolutionnaire.
    Bien que provenant du Brivadois, plusieurs éléments rattachent cet ensemble au Nord-Vivarais et au Nord-Gévaudan, en particulier un cahier signé Montruffet (peut-être un chanoine de la cathédrale de Mende ou son frère cadet) et une chanson adressée aux généraux Frévol de Lacoste, père et fils.
    Un texte à double sens, credo catholique ou pamphlet anti-catholique constitue un des éléments les plus remarquables de cet ensemble.
    L'auteur publie un échantillonnage commenté de ces pièces, en proposant pour certaines d'entres elles une restitution mélodique.
    Mots-clés : chants, musique.
    Référence : 20796/2006 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2006 pour les AD 43.
  19. La tour dite des Anglais, à Saugues. Une tour maîtresse ostentatoire du XIIIe siècle à mâchicoulis précoces, Christian CORVISIER (Cahiers de la Haute-Loire 2008).
    Résumé : Un doyen de Brioude et évêque de Mende de la famille de Mercœur bâtit au milieu du XIIIe siècle un donjon rectangulaire flanqué de contreforts, en suivant un programme d’apparat plus que de résidence (deux salles superposées, dont une à deux cheminées d’angle). Une deuxième phase de la construction adjoint un massif contenant des latrines. Des mâchicoulis précoces apparaissent à ce stade : comparaison avec Rivière-l’Evêque, Blesle, autres constructions des Mercœur, Le Puy et autres.
    Référence : 20796/2008 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2008 pour les AD 43.
  20. Réfugié en Haute-Loire (1939-1945)., Jean MEYER (Cahiers de la Haute-Loire 2008).
    Résumé : A 14 ans, l’adolescent quitte Strasbourg avec sa famille israélite. Son père avait pris la précaution de louer un appartement dans le quartier de La Renaissance proche du Puy. Les persécutions troublent très vite la vie du lycéen et prennent un tour dramatique quand sa grand-mère est arrêtée. L’élève se cache d’abord au collège de Brioude, ensuite dans une ferme, puis chez les Maristes à Saint-Chamond (Loire). A la Libération il s’engage dans l’armée de Lattre et revient avec la croix de guerre. Son camarade Jean-Claude Lévy ne reviendra pas.
    Référence : 20796/2008 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2008 pour les AD 43.
  21. Brioude à la fin de l'Ancien Régime. Activités et aspects sociaux., Jean MERLEY (Cahiers de la Haute-Loire 2009).
    Résumé : Les documents fiscaux de l’époque permettent de planter le décor : terroir ; paysage urbain avec les bâtiments du chapitre, couvents, particuliers ; activités, métiers, commerces et les essais miniers et manufacturiers ; les services administratifs. Les aspects sociaux permettent de distinguer les privilégiés, les riches et les pauvres, sans oublier les aspects collectifs ou culturels.
    Référence : 20796/2009 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2009 pour les AD 43.
  22. De la provenance du livre d'heures de Gotha : un chanoine de Brioude du XVIe siècle, Horst BOXLER (Cahiers de la Haute-Loire 2010).
    Résumé : En 2005, la bibliothèque de Gotha dans l’Etat de Thuringe (Allemagne) a acquis un manuscrit français, un livre d'heures illustré et enluminé, vendu par la Fondation ducale de Saxe-Cobourg-Gotha en 1939. Des critères d’histoire de l’art placent le créateur inconnu à Paris au XVIe siècle. Le commanditaire n’est pas nommé, mais il s’est fait représenter une fois dans son livre et on y retrouve ses armoiries qui permettent de l’identifier : Yves de Beaufranchet, chanoine de Brioude en Auvergne en 1557.
    Référence : 20796/2010 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2010 pour les AD 43.
  23. L'église romane et le bourg fortifié de Champagnac-le-Vieux, Christian de SEAUVE (Cahiers de la Haute-Loire 2013).
    Résumé : Dans son terroir granitique, l’église cédée par Saint-Julien de Brioude à La Chaise-Dieudevient un prieuré, noyau d’un bourg fortifié. L’église romane est également fortifiée auXIVe siècle. L’historique des réparations s’établit à partir des constats conservés pour lafin de l’Ancien Régime, jusqu’en 1910. Description archéologique avec relevés et plans.
    Référence : 20796/2013 pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et Pb40/2013 pour les AD 43.
  24. Une fonderie de canons au XVIe siècle, Paul LE BLANC (Tablettes Historiques 1870).
    Résumé : François Mosnier, maître fondeur artilleur de Viverols en Auvergne, alors fixé à Brioude, s'engage à fondre pour Pierre de Flaghac, "un gros canon, calibre de roi, de 8 à 9 pieds de long". Celui-ci est livrable et pourra être essayé dans deux mois et demi, Pierre de Flaghac fourni la fonte (trois tronçons de canons), le maître fondeur, qui est aussi fondeur de cloches, la fournaise et le moule. - 7 juillet 1592-. "
    Référence : 6026/I pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/I pour les AD 43.
  25. Rémission d'Etienne de Besse, Léo comte de SAINT-PONCY (Tablettes Historiques 1870).
    Résumé : Les chanoines de Brioude n'étaient pas toujours respectés. Bernard Granier, laboureur, après avoir rossé Foulques de Besse, chanoine, continuait de le menacer. Le frère de ce dernier, Etienne de Besse, écuyer en garnison à Bordeaux, charge son valet de corriger le laboureur, tout en lui défendant de le tuer. Au mois de juin 1454, le valet accomplit sa mission et met le laboureur hors d'état de travailler pour "quatre à cinq mois". Guéri, Bernard Granier se blesse, tombe malade et meurt. L'écuyer supplie Charles VII de lui accorder rémission. Ce qui est fait au mois de septembre 1456.[Le comte François Jacques Léo de Molen de Saint-Poncy est l'auteur d'une importante "Histoire de Marguerite de Valois reine de France et de Navarre" publiée à Paris, chez Gaume & Cie, en 1887. Voir par ailleurs sa notice dans le Dictionnaire biographique de la Haute-Loire de Gaston Joubert (2004)] "
    Référence : 6026/I pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/I pour les AD 43.
  26. La société du Papegay à Brioude, Henry MOSNIER (Tablettes Historiques 1871).
    Résumé : Brioude avait une société de tir. Au mois de mai de chaque année, ses membres se réunissaient pour tirer, soit à l'arc, soit à l'arbalète (et plus tard au mousquet et à l'arquebuse) sur des "papegays", oiseaux de carton ou de bois peints, plantés au bout d'une perche. Nommé "roi de l'oiseau", le vainqueur jouissait pendant un an du droit de porter l'épée, était exempt de guet et recevait un prix de quinze livres. Lettres patentes de Louis XIII, de mai 1618, autorisant et réglant le fonctionnement de la société. "
    Référence : 6026/II pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/II pour les AD 43.
  27. Concession perpétuelle d'une chanoinie-comté de Brioude aux évêques du Puy, Jean-Baptiste PAYRARD (Tablettes Historiques 1871).
    Résumé : Foulque de Montaigu, prévôt de Brioude, et son chapitre confèrent à Guy Fulcodi, évêque du Puy (futur pape Clément IV) et à ses successeurs, une chanoinie de comte en leur église de Saint-Julien, le 9 septembre 1259. Transcription de la charte.
    [sur Guy Foulques ou Foucois voir : \Un grand pape méconnu du XIIIe siècle : Clément IV\" par Robert-Henri Bautier, dans le Bulletin du Club Français de la médaille n° 81 (1983). On y trouve en particulier les photographies de deux exemplaires de son sceau]"
    Référence : 6026/II pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/II pour les AD 43.
  28. Dangers de la sépulture dans les églises, Henry MOSNIER (Tablettes Historiques 1871).
    Résumé : L'habitude généralisée d'accorder la sépulture dans les églises présentait, au point de vue de la salubrité publique, de graves inconvénients. Après une série de maladies épidémiques, l'assemblée de police de Brioude réunie en décembre 1773 délibère dans le but de parer aux problèmes résultant des inhumations faites dans l'église Saint-Jean. - texte du projet de délibération qui recommande une solution radicale : la destruction de l'église et l'interdiction d'introduire les dépouilles dans celles qui subsistent. - Divisions ecclésiastiques de la ville de Brioude à cette époque. - Orientation bibliographique sur la sépulture.Mots-clés : épidémie
    Référence : 6026/II pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/II pour les AD 43.
  29. Union de l'Eglise de Saint-Genès de Brioude à celle de Saint-Jean (1689), Adrien LASCOMBE (Tablettes Historiques 1873).
    Résumé : Brioude, à la fin du XVIIe siècle possédait sept églises paroissiales. Jérôme de La Mothe Houdancourt, évêque de Saint-Flour, cédant aux représentations du chapitre Saint-Julien, décrète la suppression de la paroisse Saint-Genès qu’il annexe à celle de Saint-Jean. Il ordonne que les murailles de l’église supprimée seront rasées à hauteur de six pieds et que son sol servira de cimetière. Texte intégral. - Saint-Flour, 17 août 1689.
    Référence : 6026/IV pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/IV pour les AD 43.
  30. L'abbé Nozerines, aumônier du roi, Henry MOSNIER (Tablettes Historiques 1873).
    Résumé : Né à Brioude en 1680, Pierre Nozerines était issu d'une ancienne et importante famille d'orfèvres de cette ville qui avait contracté alliance avec la famille Riomoise Archon. Ce fut sans doute par cette alliance qu'il obtint sa nomination d'aumônier du roi, messire Louis Archon étant conseiller-aumônier du roi et abbé de Saint-Gilbert ou Neuffontaine.
    On ne sait rien de la carrière de l'abbé Nozerines. Il finit ses jours dans sa ville natale, attaché comme prêtre habitué à la paroisse de Saint-Jean, se consacrant uniquement à la pratique de la piété et de la charité. Aussi sa mort (9 mars 1757) fut-elle un deuil public et donna lieu à débat entre le clergé de sa paroisse et le chapitre de Saint-Julien, chacun réclamant l'honneur de donner sépulture dans l'enceinte de son église à celui qui était regardé comme un saint.
    Sa tombe, avec épitaphe, fut érigée dans la nef centrale de l'église de Saint-Julien de Brioude.
    Référence : 6026/IV pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/IV pour les AD 43.
  31. Le culte de saint Julien de Brioude, G.-G.-L. BONNEFOI (abbé) (Tablettes Historiques 1874).
    Résumé : - saint Julien, martyr à Brioude.- saint Grégoire, évêque de Tours (539 - 595)/
    Référence : 6026/V pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/V pour les AD 43.
  32. Le culte de saint Julien de Brioude (suite), G.-G.-L. BONNEFOI (abbé) (Tablettes Historiques 1874).
    Résumé : Biographie de saint Odilon.
    Mots-clés : Mercoeur, Lavoûte-Chilhac, Cluny.
    Référence : 6026/V pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/V pour les AD 43.
  33. Le culte de saint Julien de Brioude (suite), G.-G.-L. BONNEFOI (abbé) (Tablettes Historiques 1875).
    Résumé : Saint Robert, chanoine de la collégiale de Brioude, fondateur et premier abbé de La Chaise-Dieu (1001-1067).
    Référence : 6026 /VI pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VI pour les AD 43.
  34. Mandrin à La Chaise-Dieu (24 décembre 1754), Henry MOSNIER (Tablettes Historiques 1876).
    Résumé : Incursions de Mandrin et de ses contrebandiers à Brioude et Craponne, au mois d'août 1754. Le 14 octobre ils s'arrêtent à La Chaise-Dieu où les habitants leur payent un impôt forcé ; le 16 ils arrivent au Puy et assiègent le capitaine général des Fermes, forcent les prisons et enlèvent plusieurs prisonniers. Ils se dirigent ensuite sur Pradelles, Tence et Saint-Didier-la-Séauve pour gagner le Forez. Au mois de décembre, nouvelle apparition à La Chaise-Dieu, le 24. Dès le lendemain les victimes font enregistrer devant notaire une relation détaillée des faits.
    Référence : 6026/VII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VII pour les AD 43.
  35. La noble église collégiale de Saint-Julien de Brioude (traduit du Gallia Christiana), G.-G.-L. BONNEFOI (abbé) (Tablettes Historiques 1876).
    Résumé : liste des abbés de Brioude
    Référence : 6026/VII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VII pour les AD 43.
  36. La noble église collégiale de Saint-Julien de Brioude (Traduit du Gallia Christiana), G.-G.-L. BONNEFOI (abbé) (Tablettes Historiques 1876).
    Résumé : Liste des prévôts et des doyens.
    Référence : 6026/VII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VII pour les AD 43.
  37. Le culte de Saint-Julien de Brioude (suite et fin), G.-G.-L. BONNEFOI (abbé) (Tablettes Historiques 1876).
    Résumé : Saint Pierre de Chavanon, premier prévôt et fondateur de Sainte-Marie de Pébrac (1007-1080).
    Référence : 6026/VII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VII pour les AD 43.
  38. Essai biographique et littéraire sur le baron de Talairat et la famille Gueyffier, ESSAYST (Tablettes Historiques 1876).
    Résumé : Jean-François Gueyffier de Talairat (1766-1850) est né à Brioude dans une famille de notables qui semble trouver son origine, au XIVe siècle, à Bessettes, commune de Chastanier, dans le canton de Langogne (Lozère). Officier municipal et procureur de la commune de Brioude en 1791, président du tribunal criminel du département de la Haute-Loire en 1798, il est élu Conseiller Général en 1815. A partir de cette année, et jusqu’en 1848, il est à différentes reprises maire de Brioude. Louis XVIII le fait baron (1819), chevalier de la Légion d’Honneur (1821). Poète à ses heures, il laisse des écrits rares et bien incomplets : une œuvre faite de fragments en prose, de pièces détachées, de courts poèmes, d’impromptus et même de madrigaux, ainsi qu’une « Notice historique sur l’église et le Chapitre de Brioude » (1829). En relations avec les cercles littéraires de son temps, il traverse, sans véritables états d’âme, six régimes politiques différents. Généalogies, approches bibliographique et critique, une lettre d’Emile Deschamps, complètent cet essai.
    Référence : 6026/VII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VII pour les AD 43.
  39. Documents concernant le chapitre de Brioude, J. LACHENAL (Tablettes Historiques 1876).
    Résumé : Comptes des recettes et dépenses présentés en 1281 au Chapitre de l'église Saint-Julien de Brioude par ses bailes, Pons de Tonvic et maître Leobini, sur leur gestion de l'année écoulée. - Nombreuses notes : équivalences monétaires ou de mesures (muid, charge, pot, carte, pinte ; setier, carton, cartaranches, carte, coupe). Extrait d'un bail de la leyde du sel, du fer, du blé et du droit de brenage (1438) [à suivre].Mots clés : comptabilité.
    Référence : 6026/VII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VII pour les AD 43.
  40. Documents concernant le chapitre de Brioude (suite), J. LACHENAL (Tablettes Historiques 1877).
    Résumé : -Compte de Saint-Germain-Lembron présenté au chapitre de Brioude par Guillaume Geneis, receveur, en l’année 1307. Contexte économique monétaire, nombreuses notes : - bail à ferme de la baronnie de Saint-Germain-Lembron (1634).-procuration (1398)
    Référence : 6026/VIII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VIII pour les AD 43.
  41. Une ordonnance de police de la ville de Brioude (1774), Adrien LASCOMBE (Tablettes Historiques 1877).
    Résumé : Lutte contre les épidémies et mauvaises habitudes : mesures d'hygiène, de salubrité publique et de police municipale prises par Jean Gueyffier-Talairat, bailli et juge de police. Vingt-quatre articles, avec les amendes encourues, jusqu'à une peine de prison contre les enfants qui s'adonnent au jeu de la taquette...
    Référence : 6026/VIII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VIII pour les AD 43.
  42. Translation des reliques de saint Arcons et de saint Ilpize (1705), Adrien LASCOMBE (Tablettes Historiques 1877).
    Résumé : Procès-verbal du 25 août 1705. Dans de nouvelles châsses, les reliques de saint Arcons et de saint Ilpize quittent la chapelle Saint-Ferréol, dans l'église Saint-Julien de Brioude, pour être placées près des reliques de saint Julien. En présence du prévôt, Hugues de Colonges, et du chapitre.
    Référence : 6026/VIII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VIII pour les AD 43.
  43. Documents concernant le Chapitre de Brioude (suite et fin), J. LACHENAL (Tablettes Historiques 1877).
    Résumé : -Distributions à la charge des choriers de l’Université de l’école (montant pour chaque fête), XIVe siècle.-Règlement des distributions pour le service des grandes et petites heures. Grande et petite pointerole (1533).-Enquête par le prieur
    Référence : 6026/VIII pour la bibliothèque du Puy-en-Velay et 8° G116/VIII pour les AD 43.
Cette page est créée à partir des bases de données de nos partenaires. En cas d'erreur, contactez-les directement. L'Observatoire de Haute-Loire ne peut corriger ces données.